Syndicat National des Producteurs d'Alcool Agricole

Chiffres clés

FAITS ET CHIFFRES DE LA FILIERE DU BIOETHANOL

⇒La France est le 1er producteur européen d’alcool éthylique avec 32% de la production soit deux fois plus que l’Allemagne qui est deuxième. Cet alcool est destiné pour 1/3 aux usages traditionnels (boissons, parfums, pharmacie, industrie) et pour 2/3 au marché des carburants (bioéthanol).

La France exporte 30% de sa production d’éthanol pour les carburants, notamment en Allemagne.

 

⇒Le bioéthanol français est produit quasiment exclusivement avec de la biomasse provenant de France : betterave et résidus de transformation du sucre, blé fourrager et résidus de transformation de l’amidon, ainsi que maïs et résidus viniques.

La transformation de la biomasse en alcool est réalisée dans des plateformes industrielles, des bioraffineries, dont des sucreries et des amidonneries, dont les débouchés sont, en synergie, l’alimentation humaine, l’alimentation animale, les matériaux et produits chimiques biosourcés et l’énergie. Ces bases industrielles permettent des développements futurs.

La filière française du bioéthanol représente 8 900 emplois, et bien plus avec les secteurs associés.

 

⇒Une même betterave à sucre fournit à la fois du sucre pour l’alimentation humaine,  de la pulpe pour l’alimentation animale et de l’alcool pour les boissons, les produits biosourcés et les carburants, et parfois du CO2 biosourcé.

Un même grain de blé fournit à la fois de l’amidon pour l’alimentation humaine et d’autres usages,  des protéines (drêches) pour l’alimentation animale et de l’alcool pour les boissons, les produits biosourcés et les carburants, et parfois du dioxyde de carbone (CO2) biosourcé.

Un même grain de maïs fournit à la fois des protéines (drêches) pour l’alimentation animale, de l’alcool pour les carburants et du CO2 biosourcé pour les boissons gazeuses.

La production du bioéthanol et de ses coproduits alimentaires provient de 1% de la surface agricole utile française.

Les matières premières

⇒Le bioéthanol français économise plus de 50% de CO2 par rapport à l’essence fossile, en analyse de cycle de vie. Au total, la production française de bioéthanol économise chaque année 1 million de tonnes de CO2 par rapport à l’essence fossile ce qui revient à 500 000 voitures sans CO2.

Les essences SP95 et le SP98 contiennent jusqu’à 7,5% d’éthanol par litre (pur ou dans un dérivé)

Le SP95-E10 contient jusqu’à 10% d’éthanol par litre (6,7% en énergie). Il a atteint 33 % du marché des essences en 2015. Avec l’instauration depuis le 1er janvier 2016 d’une TICPE du SP95-E10 de 2 centimes inférieure à celle du SP95 et du SP98, le SP95-E10 est moins cher de 4 à 5 centimes en moyenne par rapport au SP95 dans une même station-service. Début 2017, le SP95-E10 est sur le point de devenir la première essence de France devant le SP95. En janvier 2017, la part de marché de l’E10 atteint 39,3% contre 39,7% pour le SP95;

Le SP95-E10 convient à 97% du parc essence roulant.

Le nombre de stations Superéthanol-E85 (de 65% à 85% d’éthanol) a progressé de 300 à plus de 900 stations en 3 ans.  Son prix moyen est de 0,69€/litre en janvier 2017.

 

2 constructeurs automobiles proposent des modèles flexfuel (E85) en France: Volkswagen et Jeep.La publication d’un arrêté définissant la procédure d’homologation des boîtiers E85 (matériel et installateurs) est prévue pour avril 2017 par le Ministère de l’Environnement, de l’énergie et la mer. Cet équipement permettra à de nombreux véhicules essence de fonctionner aussi au Superéthanol-E85.

Depuis février 2016, un nouveau carburant, le ED95 qui contient 95% d’éthanol, est autorisé en France, notamment pour des bus et cars équipés de moteurs à allumage par compression, dédiés à ce carburant uniquement. Il améliore la qualité de l’air et réduit les émissions de CO2.

Depuis février 2016, un nouveau carburant, l’ED95 qui contient 95% d’éthanol, est autorisé en France, notamment pour des bus et cars équipés de moteurs à allumage par compression, dédiés à ce carburant uniquement. Il améliore la qualité de l’air et réduit les émissions de CO2. Lors du vote du PLFR 2016, sa fiscalité a été fixée : la TICPE ED95 est de 4,4 €/hl et l’éthanol contenu dans l’ED95 est éligible à la minoration, de TGAP.

En 2017, l’objectif TGAP pour la filière essence est de 7,5% en énergie dont 0,6% de produits comptant double. Le niveau d’incorporation est de 6,5% en 2015. Objectif européen : 10% d’énergie renouvelable dans les transports en 2020 par pays.