Syndicat National des Producteurs d'Alcool Agricole

Le SP95-E10 atteint 48,5 % de part de marché des essences en septembre alors que la consommation d’essence repart à la hausse.

Le nombre de stations SP95-E10 s’élève à 6820, soit 70 % des stations qui déclarent leurs prix
.

Le Superéthanol-E85 représente 3,6 % du marché des carburants de type essence en septembre.

La consommation de Superéthanol-E85 augmente de 21% sur 12 mois à fin septembre par rapport aux 12 mois précédents.

Le nombre de stations E85 s’élève à 2058 fin septembre (+ 591 stations en un an), soit 23% des stations qui déclarent leurs prix*.

Le nombre de stations E85 est à nouveau en forte croissance.

Ainsi, depuis le 1er juin 2020, 62 stations supplémentaires distribuent le Superéthanol-E85 chaque mois, soit 2 ouvertures par jour.

*prix-carburant.gouv.fr

Données SP95-E10

Données Superéthanol-E85

Bioéthanol data

Des biocarburants toujours plus accessibles, des prix toujours compétitifs pour l’E10 et l’E85, près de 2 000 stations E85, des boîtiers homologués pour toujours plus de voitures essence…. : la rentrée 2020 se veut être encore plus économique et plus verte.

Pendant que certains étaient en vacances, les biocarburants ont redoublé d’efforts pour permettre aux automobilistes de bien aborder la rentrée 2020. Pour preuve :

  • Le SP95-E10 est en tête des essences avec 48 % de parts de marché, contre 24,1 % pour le SP98 et 24,8 % pour le SP95.
  • Alors que les prix à la pompe repartent à la hausse, le Superéthanol-E85 reste stable à 0,66 €/l. (*)
  • L’économie réalisée grâce à la pose d’un boîtier homologué E85 pour 13 000 km parcourus annuellement est à nouveau de 450 euros (au lieu de 429 euros il y a quelques mois). Certains modèles de boîtiers permettent même désormais de recevoir sur son smartphone les quantités d’éthanol injectées et la consommation en temps réel pour une expérience client inédite.
  • Près de 2 000 stations-service en France disposent à présent de pompes E85 soit 21 % de l’ensemble des stations. De nombreuses devraient s’ouvrir, notamment en Ile-de-France, avant la fin de l’année.
  • Le Superéthanol-E85 réduit toujours de 90 % les émissions de particules fines et de plus de 30 % les émissions d’oxyde d’azote par rapport à l’essence. Quant aux émissions nettes de gaz  à effet de serre, elles sont réduites de 50 % par rapport à celles de l’essence fossile grâce au bioéthanol entrant dans sa composition. (**)
  • Enfin, plusieurs constructeurs vont proposer dans les semaines ou les mois qui viennent de nouveaux modèles de véhicules Flex Fuel d’origine, montrant ainsi le chemin aux autres constructeurs. A suivre…

Bonne rentrée à toutes et à tous !

* prix moyen en septembre 2020 sur www.prix-carburants.gouv.fr
** sur la base d’une surconsommation théorique et maximale de 25 % (étude IFPEN 2008) pour un véhicule consommant 7 l/100km

L’utilisation du gel hydro-alcoolique est l’une des principales mesures barrières préconisées pour freiner la propagation du Coronavirus. Les producteurs français d’alcool agricole sont pleinement mobilisés pour livrer l’alcool éthylique (ou éthanol) entrant dans la composition du gel hydro-alcoolique.

 

La France est le premier producteur d’alcool éthylique (éthanol) en Europe, avec 1,8 milliard de litres chaque année, soit près de 5 millions de litres par jour. Cette production est issue de la biomasse cultivée localement telle que la betterave à sucre, le blé fourrager et le maïs. La principale substance active utilisée pour la fabrication des gels hydro-alcooliques est l’alcool éthylique. En temps normal, cet alcool agricole est orienté à 60 % vers le bioéthanol entrant dans la composition des carburants en France (essences sans plomb SP95, SP98, SP95-E10 et Superéthanol-E85). Les autres usages traditionnels de l’alcool agricole (pharmacie-laboratoires, parfums-cosmétiques, boissons, vinaigre, industrie chimique, alcool à brûler, etc.) représentent 40 % des débouchés. Quant à l’utilisation d’alcool pour la fabrication des gels hydro-alcooliques, elle représente habituellement moins de 1% de la production française d’alcool agricole.

 

Le gel hydro-alcoolique est un produit très technique qui doit être fabriqué uniquement par des professionnels. Son utilisation vient en complément du lavage des mains à l’eau et au savon, comme le recommandent les autorités de santé. Face à l’urgence de la crise sanitaire, et dans le souci de protection de la population contre la propagation du Coronavirus, les producteurs d’alcool agricole ont décidé de s’engager pleinement aux côtés de l’ensemble des acteurs de la filière de fabrication du gel hydro-alcoolique. Ils sont mobilisés pour produire l’alcool en quantité suffisante et assurer sur le long terme son approvisionnement nécessaire à la fabrication de gels hydro-alcooliques. Les livraisons d’alcool pour la fabrication de ces gels ont été multipliées par trois à cinq en quelques semaines.

 

Répondre à la très forte demande de gels hydro-alcooliques

Pour satisfaire la demande, les producteurs d’alcool agricole s’appuient sur la gestion optimale des stocks existants, la réorientation des volumes dont les producteurs de parfums ou de spiritueux n’ont plus besoin actuellement, mais aussi sur l’augmentation de la production d’alcool destinée aux gels hydro-alcooliques. La forte baisse des besoins en bioéthanol du marché des carburants, du fait du confinement, donne des marges de manœuvre supplémentaires. Pour les mois à venir, les usines disposent de stocks de matières premières (sirops de sucre de betterave, céréales) pour produire de l’alcool éthylique en continu et ce, jusqu’aux prochaines récoltes. Les agriculteurs sèment actuellement les betteraves destinées à être transformées en sucre et en alcool à partir du mois de septembre. Un mètre carré de betteraves permet de produire près d’un litre d’alcool. Les semis de maïs sont également en cours et les blés d’hiver ont été semés à l’automne dernier.

 

En cette période inédite, c’est toute une filière qui est mobilisée pour répondre à la demande de gels hydro-alcooliques, celle des hôpitaux, des EHPAD et des professionnels de santé mais également celle de tous les autres professionnels et des particuliers.

 

 

Avec la crise du Coronavirus, la demande de gel hydro-alcoolique augmente très rapidement. La principale substance active utilisée pour ces gels est l’alcool éthylique (ou éthanol) dont la  France est le premier producteur en Europe, avec près de 25 % des volumes.

 

La production française d’alcool éthylique est basée sur la biomasse agricole cultivée localement, telle que la betterave à sucre, le blé fourrager et le maïs.

 

L’utilisation de l’alcool agricole pour la production des gels hydro-alcooliques ne représente habituellement qu’un très faible pourcentage de la production totale. Cela laisse beaucoup de marges de manœuvre qui sont utilisées pour augmenter l’approvisionnement.

 

Tout est donc fait pour satisfaire la demande, jour après jour, à partir des stocks, en gérant les priorités, et en augmentant la production.

 

Les fabricants historiques des gels hydro-alcooliques, qui réalisent leur propre formulation et conditionnement les produits, ont fortement augmenté leur production et répondent à la grande majorité de la demande. De nouveaux fabricants ont été autorisés par l’Etat à s’y ajouter, telles que les pharmacies, les entreprises pharmaceutiques, du secteur des cosmétiques et des produits biocides, ainsi que les installations classées pour la protection de l’environnement.

 

Toute une filière est donc mobilisée pour répondre à la demande, en priorité celle des hôpitaux, des EHPAD et des professionnels de santé, mais également celle des autres professionnels et des particuliers.

 

Rappelons que le gel hydro-alcoolique vient en complément du lavage des mains au savon et à l’eau, comme le recommandent les autorités de santé. A chacun d’agir de manière responsable.

 

Sujet TF1 – dimanche 22 mars 2020

https://www.lci.fr/social/video-lutte-contre-le-coronavirus-des-entreprises-se-montrent-solidaires-2148828.html

 

Sujet France 2 – jeudi 19 mars 2020

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-des-entreprises-se-reconvertissent-pour-le-bien-commun_3875497.html

2019 a été une nouvelle année record pour la filière française du bioéthanol. Le bilan des volumes écoulés et des parts de marché du Superéthanol-E85 et du SP95-E10 est très positif :
– le Superéthanol-E85 affiche une croissance record de ses volumes (+85 % sur 12 mois) et de son réseau de distribution qui atteint désormais 1 740 stations-service, soit 634 stations de plus en un an. Depuis septembre dernier, le rythme d’ouverture est de plus de 2 stations par jour ;
– toujours première essence de France, le SP 95-E10 poursuit son ascension avec une part de marché proche de 50 % en décembre 2019.

 

Le Superéthanol-E85, le carburant du pouvoir d’achat en 2019

Moins taxé car plus écologique, ce carburant reste le moins cher du marché : à 0,69€ le litre à la pompe en moyenne, il permet d’économiser plus de 600 euros par an pour 13 000 kilomètres parcourus, par rapport aux autres essences.
« Depuis l’arrêté de décembre 2017 qui encadre l’homologation des boîtiers de conversion E85 par l’Etat, la croissance du Superéthanol-E85 est très forte. Les volumes ont quasiment doublé en 2019. L’engouement des automobilistes pour le Superéthanol-E85 est une réponse concrète à la question du pouvoir d’achat : il leur permet de réduire de 40% leur budget carburant » précise la Collective du bioéthanol.

 

Plus de deux nouvelles stations-service E85 par jour depuis septembre 2019

Le Superéthanol-E85 a franchi un cap : plus de 2 nouvelles stations-services ouvrent désormais chaque jour. En janvier 2020, 1 740 stations- service distribuent le Superéthanol-E85, soit plus de 1 station sur 6 (19 % des stations1). Les régions Occitanie, Hauts-de-France et Provence-Alpes Côtes d’Azur comptent le plus fort taux d’équipement en stations E85 avec respectivement 26 %, 22 % et 21 %. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2020 pour dépasser la barre symbolique des 2 000 points de ventes.
« En 2019, plus de 100 magasins Système U ont ouvert des pompes E85, ce qui nous a permis de plus que doubler notre parc. Il y a aujourd’hui 160 stations U qui proposent le Superéthanol-E85 et nous souhaitons poursuivre ce développement en 2020 au service du pouvoir d’achat des automobilistes français » indique Armand Olichon, Directeur Achats Non Marchands de Système U.

 

80% des véhicules essence compatibles avec un boîtier de conversion E85 homologué par l’État

8 véhicules essence sur 10 sont compatibles avec au moins l’un des 13 modèles de boîtiers de conversion E85 déjà homologués par l’Etat, proposés par 4 fabricants (liste sur www.infoe85.fr ). Le coût moyen d’un boîtier – installation comprise – est de 1000 euros. Une fois le boîtier installé, le véhicule peut rouler indifféremment au SP95, SP98, SP95-E10 ou au Superéthanol-E85 et cela dans n’importe quelle proportion.

Trois régions proposent des aides à l’installation d’un boîtier pour les particuliers (Hauts-de-France, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d’Azur) ainsi qu’un département (Somme) et plusieurs villes. En outre, la carte grise est gratuite dans 10 régions2 et à moitié prix dans 2 régions, Centre-Val de Loire et Bretagne, pour les véhicules équipés d’un boîtier de conversion E85 homologués par l’État, comme pour les véhicules flex-fuel d’origine.

« En 2019, Speedy a formé ses équipes non seulement à la technique mais aussi à la vente des boîtiers E85. Lorsque la conviction part d’en haut, passe par les techniciens et gagne les utilisateurs, cela crée un véritable élan ! Nos clients deviennent ensuite les meilleurs ambassadeurs du produit » souligne Romain Vancappel, Directeur Marketing, Achats, Stratégie et Innovation de SPEEDY

 

Une offre de véhicules flex-fuel d’origine qui va se renforcer en 2020

Autre solution pour rouler au Superéthanol-E85 : les véhicules flex-fuel d’origine. Ford a lancé en 2019 le SUV Kuga FlexiFuel E85. Avec 6 356 véhicules vendus en 6 mois, ce modèle a remporté un vif succès auprès des automobilistes, se positionnant en 6ème position des SUV essences les plus vendus en France en décembre 2019.

« Avec plus de 6 300 Kuga E85 vendus en 6 mois, l’offre FlexiFuel E85 a permis une belle fin de carrière au Ford Kuga. Ce succès commercial nous conforte dans la décision de proposer, dans un futur proche, d’autres modèles en version flex-fuel » annonce Louis-Carl Vignon, Président de Ford France

Enfin, depuis le 1er août 2019, un abattement de 40 % sur les émissions de CO2 des véhicules flexfuel d’origine est pris en compte dans l’éligibilité à la prime à la conversion, un signal clair envoyé par le Gouvernement aux constructeurs automobiles pour étoffer leur offre.

Dans un contexte de tension sur le pouvoir d’achat et de transition énergétique, les Régions Grand Est, Sud-PACA, Hauts-de-France ont décidé d’apporter leur soutien financier à ceux qui souhaitent équiper leur véhicule essence d’un boîtier homologué E85. N’hésitez pas à les solliciter avant le 31 décembre 2019.

 

Grand-Est : une somme de 250 euros

 

Dans le cadre du soutien à la conversion au bioéthanol pour 2019, la Région Grand Est a décidé d’allouer une somme de 250 euros pour les particuliers dont la résidence principale est située dans la région Grand Est et dont le véhicule personnel est immatriculé dans l’un des 9 départements du Grand Est. Cette somme est destinée à couvrir une partie des frais de l’installation d’un boîtier E85 homologué (arrêté du 30 novembre 2017) à hauteur de 250 euros.

grandest.fr/vos-aides-regionales/soutien-conversion-bioethanol-2019/

 

Sud-PACA : un chèque « transition bioéthanol » de 250 euros

 

La Région Sud a elle aussi mis en place en 2019 un chèque « transition bioéthanol » pour favoriser la mobilité verte. Il répond aux mêmes conditions de présence dans la Région et de niveau de ressources qu’en région Grand Est (plafond de revenus fixé à deux SMIC, soit 2 400 euros avant prélèvement à la source). Il est également destiné à la prise en charge partielle – à hauteur de 250 euros – du coût d’installation du boîtier de conversion E85.

madeinmarseille.net/41813-prime-bioethanol-region/

 

Hauts-de-France : une aide de 300 euros

 

La région Hauts-de-France est la troisième Région à soutenir la conversion au bioéthanol et la plus généreuse. Elle a mis en place une aide visant à financer 33 % du coût moyen de la conversion des voitures essence au bioéthanol E85, dans la limite de 300 euros. Pour bénéficier de cette aide, les particuliers doivent habiter en Hauts-de-France et être propriétaires d’une voiture essence âgée de plus de 2 ans et de moins de 18 ans, d’une puissance inférieure ou égale à 10 CV fiscaux. De plus, le département de la Somme a décidé de compléter l’aide de la Région à hauteur de 150 euros qui s’ajoute à l’aide octroyée par la Région.

guide-aides.hautsdefrance.fr/spip.php?page=aide&id_dispositif=770&connect=opengrc

somme.fr/bioethanol

 

Enfin, les villes de La Tour du Pin (Isère) et du Mornant (Rhône) proposent également des aides pour l’acquisition et la pose d’un boîtier E85.


latourdupin.fr/citoyenne/grands-projets/kit-bioethanol

ville-mornant.fr/Aide-acquisition-bo%EEtier-bio-%E9thanol-mornant-art-118.html

bioethanolcarburant.com/aide-a-la-conversion-des-boitiers-e85

Les vacances approchent… Pour les propriétaires d’un véhicule flex-fuel d’origine ou équipé d’un boîtier E85 homologué, le passage à la pompe ne va pas « plomber » le budget vacances. Grâce au Superéthanol-E85 vendu en moyenne à 0,68 € le litre*, l’été commence bien.

 

Le Superéthanol-E85 se veut être plus que jamais le carburant de vos vacances. Ce sera le cas pour les heureux propriétaires d’un véhicule flex-fuel d’origine (comme la toute nouvelle Ford Kuga Flexifuelou pour tous ceux qui ont fait récemment poser sur leur véhicule essence un boîtier E85 homologué .

 

 

Le Superéthanol-E85 est en effet vendu 0,68 € le litre, contre 1,50 €/l  pour le SP95-E10 et 1,43 €/l pour le diesel. On le trouve aujourd’hui dans 1269 stations-service bien réparties sur tout l’Hexagone et dans tous les départements français à l’exception de la Corse.

 

Quel que soit votre itinéraire, quelle que soit votre destination – mer, campagne ou montagne – vous trouverez une station-service à proximité délivrant du Superéthanol – E85. Vous pouvez préparer à l’avance votre trajet en identifiant les stations grâce à l’appli « Mes stations E85 »

 

Des vacances sous le signe des économies

 

Ainsi, en roulant au Superéthanol-E85 plutôt qu’au SP95-E10 vous économiserez en moyenne plus de 40% sur votre budget carburant, soit :

– plus de 36 Euros d’économie pour les 776 km de Paris à Marseille

– près de 44 Euros d’économie  pour les 943 km entre Strasbourg et Bordeaux

– près de 32 Euros d’économie  pour les 687 km entre Lille et La Rochelle

Si vous ne trouviez pas sur votre route de station E85, vous ne risquez pas de tomber en panne sèche. En effet, votre véhicule flex- fuel peut rouler indifféremment  avec toutes les essences sans plomb et au Superéthanol-E85 en toute proportion et dans un seul et même réservoir.

Enfin, dernier argument, le Superéthanol-E85 permet de diminuer de 50 % **les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’essence fossile. Avec un véhicule flex- fuel d’origine, le Superéthanol-E85 a également montré qu’il permet de réduire de plus de 90 % les émissions de particules et de plus de 30 % les émissions d’oxyde d’azote par rapport à l’essence.***

 

Alors, bonne route à tous avec le Superéthanol-E85  !

*  source : www.prix-carburants.gouv.fr

**ePURE 2018 (71% de réduction de CO2 pour l’éthanol pur vs l’essence fossile)

*** étude Czerwinski – décembre 2017 – Research of Real Driving Emissions with E85 and Two flex fuel Vehicles – Haute Ecole Spécialisée Bernoise.

 

La Lozère vient d’ouvrir sa première station-service E85, à Mende (48).  Désormais, 100 % des départements (hormis la Corse) disposent d’une ou plusieurs pompes E85. Le garage voisin, accolé à la station, assurera quant à lui dès cet été la pose de boîtiers E85.

 

Bonne nouvelle pour les automobilistes et leur portefeuille à l’approche des vacances d’été avec l’ouverture de la première station-service de Lozère, à Mende. La station-service a profité de la rénovation complète de ses équipements pour installer sa première pompe E85. Cette dernière étape du Tour de France des départements marque l’égalité des territoires dans l’accès à l’E85. D’autres stations du département devraient suivre cette ouverture.

 

Vendu en moyenne à 0,68 € le litre, l’E85 est désormais présent dans 1 225 stations-service bien réparties sur tout l’Hexagone. Malgré un réseau de distribution de l’E85 qui se densifie semaine après semaine, si vous ne trouviez pas sur votre itinéraire de pompe E85, vous ne risquez pas de tomber en panne sèche. En effet, vous pourrez rouler – avec votre voiture Flex Fuel d’origine ou avec votre voiture équipée d’un nouveau boîtier homologué E85 – indifféremment avec toutes les essences (SP95-E10, E85, SP95, SP98) en toute proportion et dans un seul et même réservoir.

 

Enfin, la station-service de Mende a décidé de jouer la synergie « carburant-boîtier » en travaillant avec le garage mitoyen qui posera très prochainement des boîtiers E85. La boucle est bouclée.

La filière Bioéthanol sera, comme chaque année, présente au Salon International de l’Agriculture (SIA) qui ouvre ses portes le 23 février prochain. Rendez-vous pour la 56e édition à la rencontre de l’E85 et de l’E10 qui connaissent des succès historiques. 

La filière Bioéthanol prendra de nouveau place au sein de l’Odyssée Végétale, le poumon vert du Salon International de l’Agriculture (SIA), du 23 février au 3 mars prochains. Cette année, la découverte du monde végétal se fera notamment grâce à un « landscape game végétal » inédit, à partager entre amis ou en famille.

Bioéthanol, carburant du pouvoir d’achat

Des animations seront également organisées autour du thème de l’énergie. Elles permettront de mieux connaître la betterave sucrière et ses débouchés que sont le sucre mais aussi le bioéthanol et ses principaux carburants, l’E10 et l’E85 : des carburants renouvelables et plus économiques, de plus en plus incorporés dans les essences ; des produits « made in France » et générateurs d’emplois dans nos régions. Enfin, l’incontournable Miss Better sera présente tout au long de la semaine pour aller à la rencontre du public et animer à sa façon des séquences ludiques et informatives.

A l’heure des ventes records de l’E10, de l’homologation officielle des boîtiers de conversion E85 encore de l’arrivée en juin prochain de la toute nouvelle Ford Kuga Flexifuel, les visiteurs du prochain Salon International de l’Agriculture pourront ainsi parfaire leurs connaissances sur le bioéthanol et mesurer le chemin parcouru en quelques années par toute une filière engagée dans la transition énergétique.

Retrouvez la filière Bioéthanol au sein de L’Odyssée Végétale : Paris-Porte de Versailles/Hall 2.2 du 23 février au 3 mars 2019.

À l’occasion du lancement du lancement du SUV Kuga Flexifuel, Ford dévoile une étude qui révèle que 8 Français sur 10 soutiennent la montée en puissance du bioéthanol. Ce nouveau véhicule qui sortira officiellement en juin prochain, marque le retour des modèles flex-fuel d’origine en France.

 

Après une année historique pour le Superéthanol-E85 dont les volumes continuent à augmenter, avec une croissance sur 12 mois de +60% en janvier soit +5 points par rapport à décembre, la Collective du bioéthanol salue ce lancement. Dès juin 2019, le SUV Kuga Flexifuel sera disponible. Il permettra aux automobilistes d’utiliser de nouveau un véhicule neuf flex-fuel d’origine pour rouler au Superéthanol-E85, le carburant du pouvoir d’achat.

Sylvain Demoures, secrétaire général du SNPAA (Syndicat national des producteurs d’alcool agricole) déclare :

« Nous nous félicitons de la démarche de Ford qui, avec le SUV Kuga Flexifuel, lance un nouveau véhicule qui permettra de rouler au Superéthanol-E85. Ainsi, Ford participe à la transition énergétique en offrant aux Français un nouveau moyen pour rouler plus vert et moins cher, avec un biocarburant produit en France ».

Par ce lancement, Ford réaffirme son soutien à la filière du bioéthanol. Pour rappel, en 2005, Ford était déjà le premier constructeur automobile à lancer en France un véhicule compatible avec le Superéthanol-E85.

Selon une étude de Ford, 8 français sur 10 soutiennent l’émergence du bioéthanol

La Collective du Bioéthanol se réjouit également des résultats de l’étude* de Ford qui révèle que « les Français se disent prêts à passer au bioéthanol ». Selon l’enquête réalisée par le constructeur automobile, 8 français sur 10, soit 77%, soutiennent l’émergence du bioéthanol.

L’étude indique aussi que 3 français sur 4 (77%), se disent prêts à changer de voiture pour se déplacer de manière plus éco-responsable. Parmi eux, 43% adopteraient un modèle compatible avec le Superéthanol-E85, plus que toute autre solution.

Enfin, l’étude révèle plus de 7 français sur 10 (72%) souhaiteraient que les constructeurs automobiles proposent des modèles de série compatibles  avec le Superéthanol-E85.

Les automobilistes devraient donc se montrer très intéressés par cette nouvelle offre représentée par le SUV Kuga Flexifuel.

*Étude Ford réalisée entre le 6 et le 9 février 2019 par YouGov sur un échantillon de 1.013 adultes conduisant une voiture au moins une fois par semaine, représentatifs des conducteurs en France (18+).